+32 487 15 32 04 info@enrouteweb.org

Au début du confinement, mon collègue Pierre Faignoy m’a lancé l’idée de vous faire découvrir un pair-aidant au travers de nos moyens de communication. Confinée chez moi j’ai décidé via WhatsApp de jeter un coup d’œil de l’autre côté de la frontière française et plus spécialement du côté de Colmar. J’ai eu la chance de discuter avec Laurent Lefebvre âgé de 54 ans qui est médiateur de santé pair depuis 2019. Hé oui, passé la frontière le terme change mais il s’agit bien de pair-aidance.  

Laurent Lefebvre n’a pas attendu sa formation pour commencer à faire de la pair-aidance sous forme de déstigmatisation. En effet en 2015 il conviera la presse au marathon de Colmar.  Il s’agissait pour lui de montrer une autre image d’une personne atteinte de schizophrénie mais aussi de faire parler de la santé mentale, problématique peu abordée dans l’espace médiatique selon lui.

Salarié durant sa formation auprès d’un organisme s’occupant d’accompagner des personnes sans logement au sein d’appartements de coordination thérapeutique, il est amené à s’occuper d’un public souvent en proie à des addictions et en rupture sociale. Pour lui, il a été compliqué d’accompagner un public dont les expériences de vie étaient si différentes de son propre parcours.

Après sa formation, il va exercer son métier de médiateur de santé pair sous forme d’auto-entreprenariat. Pour lui, la rémunération du savoir expérientiel est très importante à partir du moment où on lui reconnaît une réelle plus-value.

Ce qui ressort le plus de la part des usagers et des professionnels est l’espoir qu’il leur amène. Il n’y a pas que des rechutes et il est possible de s’en sortir.

Laurent Lefebvre travaille en partenariat avec un psychologue. Il souligne la richesse que c’est de faire coïncider le savoir académique avec le savoir expérientiel. Au-delà du partenariat avec d’autres professionnels, Laurent trouve également pertinent de coopérer avec d’autres pair-aidants européens pour une plus grande légitimité.

Après une longue période d’errance thérapeutique de 10 ans, un des éléments les plus important ayant contribué à son rétablissement est l’alliance thérapeutique avec son psychiatre. Il met l’accent sur la confiance et le dialogue qui garantissent une meilleure adhésion au traitement.

En tant que médiateur santé pair, il a pris soin de ne pas se voir comme « un sauveur ». Il est là pour transmettre les outils et valeurs qui ont contribué à son rétablissement sans les imposer.

Laurent Lefebvre.